Quand le parfumeur fait parler une fleur muette

« Des fleurs muettes » … derrière cette expression si poétique se cachent, non pas des fleurs sans odeur, mais au contraire des fleurs très odorantes qui ne livrent aucun secret, ne dévoilent rien. En clair, elles ne livrent pas d’extrait utilisable dans un parfum et aucun procédé d’extraction ne permet de la capturer, il faut donc la reconstituer.

 Un terrain de jeu fantastique pour les parfumeurs !

Décryptage à l’occasion d’une interview avec le parfumeur aromachologue Patty Canac, une experte olfactive, auteure de plusieurs livres sur le parfum, professeure à l’ISIPCA et également thérapeute olfactive dans les hôpitaux.  Merci à elle pour son précieux témoignage !

TiL : Qu’est-ce qu’une « fleur muette » ?

Patty Canac : Les parfumeurs ont toujours cherché les meilleures méthodes d’obtention des odeurs, et ce sont les Arabes autour du10ème siècle qui nous ont appris l’art de la distillation, car avant on utilisait l’enfleurage (infusion des fleurs dans des matières grasses chauffées, les corps gras absorbant naturellement les odeurs). Mais toutes les fleurs ne souhaitent pas délivrer leurs secrets olfactifs, et curieusement ce sont les fleurs les plus odoriférantes à l’extérieur, comme le muguet, la violette, le chèvrefeuille, qui restent silencieuses.

Le célèbre parfumeur Edmond Roudnitzka a créé Diorissimo, une ode au muguet, en travaillant pendant plusieurs années (éloge du temps qui passe…) avec l’idée de se rapprocher au mieux de ce que la fleur ne délivre pas avec toutes les méthodes d’obtention existantes. Il y a de nombreuses fleurs muettes ou silencieuses :  la glycine, l’œillet, la jacinthe, le gardénia, les pivoines, le lilas

Et puis il y a aussi celles qui délivrent, mais qui ne sont pas aussi « jolies » que dans la nature. Il faut les habiller, les retravailler, les mettre en majesté, comme le mimosa, ou l’osmanthus, des fleurs extraordinaires qu’il faut « rebooster ». 

Les avancées de la science ont-elles permis de redonner de la voix à ces fleurs ?

Les fleurs silencieuses ont perdu un peu de leur silence il y a plus de 170 ans, à la découverte de la chimie organique, qui a permis de les faire parler. Ainsi, en 1868, la coumarine (issue des fèves de tonka) a été synthétisée pour la première fois par W.H. Perkin, et introduite par Guerlain vingt ans plus tard dans le célèbre Jicky. Ces molécules de synthèse ont donné une palette fabuleuse aux parfumeurs, pour permettre au muguet muet ou à la pivoine qui ne délivrait pas son secret olfactif, d’être reconstitués. Grâce au CO2, on a réussi à faire quelque chose de magistral, grâce à l’headspace aussi, on arrive mieux à importer des facettes ou à retrouver des choses intéressantes. Et ainsi, ces fleurs muettes ou silencieuses le deviennent de moins en moins, grâce à la chimie et aux dernières recherches, à tout ce qu’on est aujourd’hui capable d’analyser pour mieux le reproduire. »

Certaines fleurs font-elles parler d’autres fleurs ?

Oui absolument, car une fleur est composée de tout un tas de molécules, c’est comme un puzzle, et certaines sont communes à d’autres fleurs, et vont contribuer à leur donner de la voix. Le parfum d’une fleur est composé de multiples facettes, et on est capable aujourd’hui de comprendre, d’isoler une matière première dans une composition. Par exemple le géraniol ;  

il est présent dans la rose et dans de nombreuses autres fleurs comme la lavande, et en l’isolant, on peut mettre ensuite en majesté d’autres fleurs. Cela a été l’extraordinaire découverte de la chimie organique ; des molécules odorantes communes existent entre un géranium et une rose palma rosa, et comme le géraniol, il y a le linalol… que l’on retrouve aussi dans la coriandre, la bergamote, le bois de rose, la lavande. On a des puzzles communs, ainsi il y a 80% d’eugénol dans le clou de girofle, et si on est capable d’isoler l’eugénol, on peut reconstituer un œillet et d’autres fleurs !

Comment travaille le parfumeur face à une fleur muette ?

Il travaille à la réinterpréter. Ainsi pour reproduire une jacinthe, il prend un composant de la rose et d’autres fleurs, et les met dans la jacinthe, pour créer un autre puzzle qui va permettre de donner LA jacinthe qu’il a envie de donner. Car il n’y a pas qu’une jacinthe, c’est comme dans un jardin, il y en a de nombreuses différentes, et toutes n’ont pas les mêmes effluves. Et le parfumeur a son libre arbitre…C’est là que jouent sa patte artistique et son talent. Car le rôle d’un « nez » n’est pas de composer un soliproduit, une seule fleur, mais de la raconter, de l’habiller comme lorsqu’on met des bijoux, des pierres précieuses, pour mettre en majesté ce qu’elles ont à dire. Et ce qu’il a envie, lui, d’en dire. C’est un travail d’artiste.

Comment sont traitées les fleurs muettes ?

Cela a évolué au fil du temps, car on ne souhaite plus la même chose d’un parfum aujourd’hui qu’il y a 20 ou 30 ans, où on aimait les notes plus transparentes par exemple… Maintenant, on attend que le parfum soit tenace, nos fleurs silencieuses vont donc être très retravaillées et « boostées « pour être plus présentes. Comme partout, la parfumerie – ou du moins une partie de la parfumerie – est soumise aux modes…

Comment expliquer que les fleurs très odorantes sont les plus silencieuses ?!

Ce sont toujours des fleurs très fugaces, peu pérennes dans le temps : le muguet ou le lilas durent peu de jours comparé à un magnolia par exemple. Il faut faire également la différence entre les fleurs d’arbres (magnolia, ylang-ylang, mimosa…), les fleurs à bulbes (iris), les fleurs dont on prend seulement les pétales (rose..) etc. Elles ne poussent pas de la même façon, ne sont pas nourries de molécules de la même façon. Et ensuite, c’est aussi un peu la magie de la nature ! 

À propos du Tilleul, une muette de la parfumerie, pourquoi a-t-il aussi peu été utilisé, alors qu’il y a un grand attachement affectif à son parfum ?

C’est en effet une fleur très attachante, qui navigue depuis la nuit des temps, et a été célébrée par de grands peintres comme Monet., et la littérature avec Proust.  Elle a été utilisée mais toujours en petite facette car la fleur était considérée proche de la cosmétique, apaisante et évanescente, et surtout sur des marchés asiatiques où on ne recherchait pas la puissance, car c’est une fleur que je décrirais comme « pastel ». 

Quelles sont les caractéristiques du parfum de la fleur de tilleul ?

« Pour moi, elle a une élégance pastel... Le talent du parfumeur Francis Kurkdjian a été, entre autres, de la travailler avec de la « tenue » et de la modernité. Elle apaise le mental, ce qui dans la période actuelle est très attendu, c’est une odeur en sourdine mais qui flotte toujours dans l’air, une odeur divine. Elle apporte le côté musique classique, avec ses notes douces intemporelles. Elle possède une dimension mémorielle forte ! Le tilleul est rassurant, il évoque la possibilité d’être ingéré, de calmer, de tranquilliser,d’apporter de la quiétude, mais aussi il offre tout un pan de silence …On prend une chaise longue, un livre, c’est un moment entre soi et soi, c’est un effluve qui favorise l’introspection.

L’Eau Qui Enlace est délicieuse partout, à tout moment. Elle va bien au-delà d’un parfum qui sent bon, car on est dans le registre de l’émotion pure. De nombreux parfums sont mis pour être élégants lors d’une sortie, pour séduire, ils jouent un rôle »social ». Celui-là, pour moi, agit à l’inverse ; une fois qu’on le diffuse, il donne « envie de se poser ». Il vous met dans « une posture », et cela, c’est très rare: une fois vaporisé, on se dit « wouah », il donne envie de s’asseoir, de se poser, de lire, de rêver,  il vous permet d’aller dans un instant mémoriel, comme si vous faisiez vraiment une pause méditative, et il provoque l’envie de vous accorder cette pause.

Comment expliquer ce pouvoir mémoriel du tilleul ?

Au château de Versailles, il y a énormément de tilleuls, on se balade dans les avenues et on est bercé par l’odeur des tilleuls, même si les gens ne le savent pas. Alain Baraton, le jardinier en chef, dit d’ailleurs en parlant du tilleul qu’il est fabuleux, car c’est « le passé qui est dans le présent », c’est la robe longue, la détente, la tasse de thé à l’ombre. Il y a un côté familial dans le tilleul, de la solitude, et en même temps du partage. On est dans le partage ET dans l’intime, c’est paradoxal ! On n’est pas très loin du mimosa qui évoque le bleu, la mer et le soleil, alors que le tilleul évoque le calme et l’introspection.

Il doit jouer sur le système nerveux autonome, être sur la partie para-sympathique: battement cardiaques réduits etc…  (NB : lire l’article : le Parfum de TiL, quand les émotions s’en mêlent.) Et psychologiquement, la visualisation de cet arbre vous invite à « descendre » de votre système nerveux dans la case repos et détente, plutôt que dynamisme.

Et pour finir Patty, quelle est votre histoire personnelle avec le tilleul ?

Il me ramène à des moments de joie, de bonheur ! Quand je sens le tilleul, je regarde avec un autre regard ce qui est autour de moi, et je me dis, « là, je suis bien ». C’est probablement dû à mon enfance où dans le jardin familial, il y avait des tilleuls. C’est une odeur qui est présente depuis que je suis toute petite, il y a toujours eu des tilleuls chez moi. Ces arbres ont toujours été très présents partout, même en région parisienne, et les tilleuls ont accompagné tout le monde ; c’est un arbre inscrit dans l’histoire, il faisait partie des plantes sacrées et était utilisé par les druides, mais toujours très actuel. D’ailleurs lorsqu’on nous explique comment mieux dormir, faire de beaux rêves, tout le monde pense au tilleul !

Et quelle plus belle conclusion sur le tilleul, fleur muette, que celle d’Elisabeth Martorell, rédactrice du magazine Elle, qui parle ainsi de L’Eau Qui Enlace TiL : « Une petite merveille de douceur et de délicatesse, un câlin olfactif dans une période saturée de parfums qui claque

Tout est dit …Merci.

Laisser un commentaire

vous aimeriez aussi ...

Les milles et un dessous du cadeau

Et voilà, on y est …quelques semaines avant Noël, la liste des cadeaux à offrir s’allonge (mais pas notre budget !). Penser à certains d’entre eux

Il était une fois… Le tilleul

Vous souvenez vous de cette époque bénie où allongée dans votre petit lit, votre papa et/ou maman s’asseyait à côté de vous, et commençait à

La Science au cœur du Tilleul

Arbre d’abondance unique, le tilleul dispense ses multiples vertus depuis des millénaires. Plante médicinale inscrite à la pharmacopée, il sait apaiser et régénérer tout en