La Lune, une lumière dans la nuit

Vous prendrez bien un coup de lune ?!

Pour les sceptiques qui parlent de racontars de bonnes femmes, ou de simples croyances populaires, lorsqu’on évoque l’influence de la Lune, voici un décryptage qui nous rend très humble chez TiL devant de tels pouvoirs…

Célébrée lors d’une fête annuelle dans de nombreux pays, notamment asiatiques, la Lune influence notre corps, notre esprit, notre peau, mais aussi les végétaux, les océans, les animaux… Une puissance infinie, reliée au féminin, à laquelle est voué de tous temps un culte, dans toutes les civilisations. 

Pour rester connecté avec la Lune, dans notre monde agité, voilà quelques clés permettant de se remettre dans une symbiose universelle…

 

La Lune et le monde végétal

Il faut déjà savoir que la course céleste de la Lune suit 2 mouvements :
– Lune montante et descendante : il s’agit de la position de la Lune dans le ciel,

– Lune croissante et décroissante : elle est dite croissante entre la nouvelle lune et la pleine lune. Sinon elle est décroissante.

  • Lune et jardinage

Les végétaux sont influencés par l’attraction gravitationnelle de la lune, comme les marées dans les océans. Ainsi en phase ascendante, les liquides internes et donc la sève monte dans les parties hautes des arbres et plantes. C’est là qu’il faut semer, planter, greffer ses plants, récolter les fruits et légumes qui resteront frais plus longtemps. Les végétaux sont censés être aussi plus résistants face aux maladies pendant cette période.

. A l’inverse, lorsque la lune est en phase descendante, cela ramène la sève et l’activité végétative dans la terre, donc dans les racines. Il faut cueillir les végétaux à consommer tout de suite, car ils seront plus savoureux. C’est ici aussi qu’il est conseillé d’élaguer, de tailler, et planter les boutures.

  • Lune et chamanisme

Marc Buergo, le cueilleur des tilleuls de TiL, qui s’occupe de nos arbres avec tous les soins et le respect du chaman et sylvothérapeute qu’il est, confirme par ses observations quotidiennes que 2 phases de lune sont en effet nettement plus marquées que d’autres dans le cycle végétatif :

-La Lune croissante, de la nouvelle lune jusqu’à la pleine Lune, où la partie aérienne du végétal se développe : tiges, feuilles et jeunes pousses, et germination des semis.

-La Lune descendante : là c’est le système racinaire, sous terre, qui se développe. 

  • Lune et énergie des arbres

« Quand les arbres sont adultes, le flux de sève est différent selon la Lune ; les soirs de pleine lune, l’énergie est forte, elle circule et monte. En sylvothérapie ou en musique des plantes, c’est très net en termes d’énergie et de résultat. 

Le phénomène est remarquable surtout au printemps et en automne, car en plein été, on voit plutôt réagir les végétaux par rapport à la présence ou non d’eau. 

Cette année est une année un peu spéciale, car il fait un froid régulier depuis plusieurs mois, et c’est la première fois depuis 7 ou 8 ans que les arbres ont réussi à redescendre leur sève et à la bloquer dans leurs tissus : c’est le repos végétatif. 

Les autres années, la sève était encore circulation l’hiver, ce qui lui coûte de l’énergie : elle coulait quand on coupait les branches en décembre, janvier ou février, car il ne faisait pas assez froid. Cette année, les arbres ont pu rapatrier la sève pour la protéger quand il gèle (cela évite qu’en gelant aussi, la sève éclate les tissus) et la bloquer en faisant des cales (des bouchons), à l’intérieur des vaisseaux. Au printemps, quand la chaleur revient, les cales disparaissent et la sève monte par pression du système racinaire et du tronc pour aller au bout des branches. C’est le cycle végétatif classique dans un climat tempéré. Or depuis plusieurs années, par manque de froid, les arbres ne rapatriaient pas la sève et la laissaient dans le pied, donc dès que le soleil du printemps se montrait, les arbres faisaient leurs feuilles, mais les perdaient si une gelée arrivait par-dessus.

La lune intervient dans ce cycle : en fonction du cycle lunaire, il y a plus ou moins de pression dans les vaisseaux. Au printemps, quand les cales vont disparaître pour débloquer la circulation de la sève, les vaisseaux se dilatent et elle jaillit avec beaucoup de pression : l’eau remonte pour nourrir les bourgeons et les faire gonfler. D’ailleurs lorsqu’on on coupe une branche, on entend un « pschhhh », c’est la sève qui monte, et en une journée on peut recueillir jusqu’à 3 litres !

  • Lune et sylvothérapie

Quand on pratique la sylvothérapie, on rentre en contact avec l’énergie des végétaux ; cette énergie est nettement plus présente en lune montante, la sève alimente plus la partie aérienne de l’arbre. Alors que quand la lune est descendante, la sève sert plus le tissu souterrain… 

C’est pareil pour les humains d’ailleurs : en lune montante, on est plus dynamique, on a plus d’entrain, alors qu’on est plus renfermé sur soi quand la lune est descendante. C’est dans cette phase de lune qu’il faudrait idéalement se confier à l’arbre pour que cela « retourne dans la terre », c’est une façon de se libérer de certaines choses, de nos pesanteurs, de nos chagrins…

La Lune et l’humain

  • Le féminin sacré

La lune illumine la terre lors de la pleine lune et la remet ensuite dans l’obscurité jusqu’à la nouvelle lune. Elle symbolise les rythmes biologiques : croissance, décroissance et disparition, comme la vie et la mort.  Notre corps de femme avec nos lunes mensuelles vit le même mouvement, c’est ainsi que la lune est étroitement reliée au féminin dans la plupart des cultures, où elle est associée aux déesses.
Les cycles menstruels de la femme et de la lune se superposent: le cycle menstruel moyen est de 21 à 35 jours, celui de la lune 29 jours. 

  • Si l’ovulation se cale sur la Pleine Lune, avec des règles survenant vers la Nouvelle Lune, c’est le cycle de la Lune Blanche, celui de la femme maternelle, où les énergies se portent vers le monde et les autres, avec une vie plutôt douce.
  • Si l’ovulation se cale sur la Nouvelle Lune, avec des règles vers la Pleine Lune, c’est le cycle de la Lune Rouge, celui de la femme indépendante, tournée vers elle et son développement intérieur, avec une énergie très puissante.

Tout au long de sa vie, la femme ne reste pas dans le même cycle lunaire et peut alterner, avec à chaque fois des fluctuations sur un plan émotionnel, physiologique, intellectuel et physique…. Ces changements d’humeurs, d’énergies sont comparables à l’évolution des saisons.

Chacune de nous passerait ainsi par 4 phases, avec une correspondance de l’archétype féminin, du cycle mensuel, de la lune et de la saison :

  • la jeune fille (lune croissante, printemps) : étape pré-ovulatoire (8ème – 14ème jour) placée sous le signe de l’énergie,  du dynamisme, de la joie de vivre. On en profite pour faire du sport, s’organiser, passer à l’action.
  • la mère (pleine lune, été) : étape post ovulatoire (15ème -21ème jour), où nous sommes à l’écoute des besoins des autres, à fond dans le relationnel, et enthousiaste.
  • l’enchanteresse (lune décroissante, automne) : étape prémenstruelle (22ème – 28ème jour), pleine de créativité , d’hyperactivité mais aussi de vulnérabilité et d’émotivité, ainsi que d’esprit critique.
  • la femme sage  (nouvelle lune, hiver) : phase menstruelle (1er -7ème jour), un moment de ralentissement, de contemplation, de réflexion, où on a besoin de repos, où il faut prendre soin de soi 

Cette connaissance peut nous permettre une prise de conscience afin d’adapter nos comportements et d’harmoniser au mieux corps et nature. (Source : http://www.ensemblenaturellement-leblog.com/)

  • Le sommeil et la lune ? 

Des chercheurs de l’université de Bâle ont prouvé les effets de la lune sur nos nuits ! 

La pleine lune diminuerait de 30% le temps de sommeil profond des humains (or, c’est la phase de sommeil la plus réparatrice… 🥴), de 20 minutes la durée totale du sommeil, et rallongerait de 5 mn le temps mis à s’endormir, et ceci pendant les 4 jours autour de la pleine lune ! Elle influence aussi la production de mélatonine, l’hormone du sommeil. 

L’éclairage de Marc Buergo sur la relation entre la lune et notre sommeil  est naturellement plus axé sur le sensible. 

Pour Marc, « la lune est la lumière dans la nuit « !

« La pleine Lune amène la vie, elle crée le germe, ce sont des moments de force, les plus intéressants pour faire des rituels.

Pleine lune et Nouvelle lune perturbent le sommeil, mais il ne faut surtout pas les maudire parce qu’on ne dort pas ! En fait, c’est une véritable chance : cela permet d’avoir un éveil différent, et à ces moments-là de faire plus de choses dans le domaine du sensible, car la sensibilité et le ressenti sont plus marqués.

C’est un autre regard, positif, porté sur l’insomnie : celle ci montre une capacité de connexion avec les énergies, c‘est un portail de connexion. Si on y est sensible c’est que l’on a une connexion à avoir. Alors au lieu d’appréhender cette insomnie, il faut l’accepter et profiter de ce moment pour faire des rituels, lire, se promener dehors si l’on peut car la pleine lune amène la lumière dans la nuit, ce qui permet de voir des choses que l’on ne voit pas à d’autres moments. Certains font des offrandes d’ailleurs les nuits de pleine lune.  Les animaux sortent plus eux aussi car ils profitent de la luminosité, et les végétaux doivent avoir aussi une certaine croissance avec la lumière.. Les énergies sont differentes. »

  • Et la peau ?

Lors de la Nouvelle Lune, ou lune noire, symbole du renouveau, c’est le bon moment pour un nettoyage profond de la peau. La Lune croissante, où monte la sève dans le monde végétal, favoriserait le renouvellement cellulaire et il faudrait hydrater la peau…

La Pleine Lune, au maximum de sa puissance, fait le plein d’énergie, et là il faudrait plutôt apaiser la peau et la nourrir. Et c’est d’ailleurs là aussi qu’il faut couper les cheveux pour favoriser ensuite une repousse vigoureuse, mais ne surtout pas s’épiler ! 

A la Lune décroissante, le corps ralentit et il faut l’alléger avec une détox. La peau à ce moment-là peut -être plus sensible et le teint plus terne.

La Lune et le monde animal

A cause de la lumière les nuits de pleine lune, les proies se cachent et se déplacent moins. A l’inverse des cervidés, qui se déplacent plus quand ils ont de la lumière.

Avec les marées, certains animaux marins se reproduisent, et auraient même une horloge interne liée à la Lune, qu’ils utiliseraient pour s’orienter… 

On voit bien la puissance de la Lune, qui interfère dans tout l’univers !

Depuis la nuit des temps, nous sommes connectés à son pouvoir. Alors dans ce monde agité, cette période bousculée, ce climat anxiogène, sachons redécouvrir son influence, et les façons de profiter de ses pouvoirs bénéfiques, aux meilleurs moments. 

La lune, et au-delà, la connexion avec la Nature, est une source d’inspiration perpétuelle pour TiL, où nous considérons la personne dans sa globalité, esprit, corps et peau, avec à la fois sa sensibilité et rationalité. 

Partagez :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

vous aimeriez aussi ...

la tarte de printemps

une tarte gourmande, garnie d’une crème de ricotta et de petits légumes par @marie_food_tips   Pour 6 personnes :   Une pâte feuilletée250 g de ricotta1/2 citronUn filet