Féminin sacré

Dans de nombreuses traditions anciennes, des Grecs aux Saxons en passant par les Slaves et les Scandinaves, le tilleul est associé à des divinités féminines ou à des femmes de légende.

Arbre féminin par essence, il est aussi le symbole de la tendresse et de l’amour avec sa feuille en forme de coeur.

Consacré par la mythologie des anciens, il est un arbre sacré depuis des millénaires. 

Dans l’Egypte ancienne, il était utilisé pour réaliser les portraits du Fayoum, dans la tradition nordique il était dédié à la déesse de l’amour, dans la tradition chrétienne il a toujours été éminemment protecteur, et dans le mythe de Philemon et Baucis, Baucis devient Tilleul pour toujours..

Il n’en fallait pas plus pour se demander le lien entretenu entre lui et notre féminin sacré…

La parole est à Estelle Schnellman, @spiritual_gangsterre

Quelle plus jolie manière de comprendre ce qu’est le féminin sacré qu’en le comparant à l’arbre?

Lorsque nous parlons du sacré, nous devons entendre que deux énergies complémentaires nous habitent et sont censées se compléter et se soutenir mutuellement. On se doit donc, que l’on soit homme ou femme, d’équilibrer ces deux pôles afin de trouver en nous une équité parfaite.

C’est bien cet endroit idéal, où ces deux sont assis, que nous devrions donc rechercher dans notre vie de tous les jours… Trop masculin et nous obtenons agressivité et domination, trop féminin et nous faisons face à l’impuissance et la stagnation. Notre masculin sacré, si omniprésent déjà dans notre quotidien, serait l’écorce, la puissance des branches, la force combative du tronc et notre féminin, les racines, l’intuition, les ressentis, la communication, la reliance à la terre, à la conscience et à l’intime. Notre divin masculin est donc bien le grand acteur et le grand réalisateur de nos vies tandis que notre féminin, souvent très impacté par la rudesse et la rugosité, se doit lui de construire, nourrir, guérir et pacifier.

 

On comprend bien qu’un arbre dont les racines ne seraient pas bien plantées dans le sol serait un arbre voué à n’être qu’une coquille vide. Sans ancrage, point de voyage possible en eaux tranquilles…. Cependant, les arbres ont cette conscience de la nécessité de subsister malgré les épreuves, tandis que l’être humain entre bien souvent en résistance, en dépit de ses propres besoins et de ses propres ressources. Les arbres savent ce qui doit être lâché, ce qui doit être redressé et comment collaborer avec leur environnement tandis que nous aurons tendance à nous couper de nos ressentis, de nos émotions pour continuer un combat, hélas souvent vain.

Le fameux burn-out n’est malheureusement que le résultat d’une vie trop empreinte de masculin sacré, une vie dirigée par l’instinct de survie et donc le « faire » avant « l’être » .

Alors comment se connecter davantage à notre féminin divin, nos fameuses racines, dans une société orientée vers l’action? Il est essentiel d’embrasser notre féminin divin en pratiquant l’amour de soi, en entrant dans la sensualité de nos soins personnels, au travers des textures, des senteurs, des goûts apaisants pour envelopper nos sens, nous autoriser à ne rien faire, même pour quelques instants, pour se laisser traverser par ces énergies de douceur et de bienveillance envers nous même.

En donnant la priorité à ce temps pour soi, ce que nos amis anglophones appellent le « Me Matters Time » , nous renouons avec notre moi intérieur qui est un espace sacré; le siège décisionnaire de nos actions extèrieures, ce qui permet de ne pas vivre en survie, en sur-réaction,ou en sur-régime.

Bien sur, le féminin sacré est souvent associé aux cycles, la sexualité et classé en genre mais cela est bien réducteur. L’homme a aussi sa part de féminin sacré, bien évidemment..

En renouant avec nos valeurs personnelles de douceur, en prenant soin de notre peau, de notre corps physique et métaphysique, nous contribuons à la guérison et à la transformation du monde qui nous entoure en développant notre capacité d’écoute et nos valeurs de la communauté, de la collaboration et du compromis. Être bien ancré et en harmonie avec ses deux pôles sacrés rend le monde meilleur.

La nature nous offre son énergie créatrice, sa beauté physique et les clefs de ses propres ressources. Alors comme elle, tâchez de prendre le temps, respectez vos saisons, veillez aux cycles de lune, marchez pieds nus dans l’herbe, marquez une pause salvatrice et invitez votre masculin sacré à se joindre à vous.

Écoutez ce que les arbres ont à nous enseigner, à nous transmettre. Et si leur intelligence pouvait nous guérir? Ces chers et tendres thérapeutes dont le multi talentueux Tilleul, savent si bien remédier entre autre à notre surmenage physique et cérébral… ! Avec toute sa douceur et son enivrant parfum, il fait partie de nos alliés de poids pour drainer à la fois nos organes et nos idées noires.

Alors faites fleurir votre conscience du féminin, elle est sacrée. 

Spiritual Gangsterre

Partagez :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

vous aimeriez aussi ...

la tarte de printemps

une tarte gourmande, garnie d’une crème de ricotta et de petits légumes par @marie_food_tips   Pour 6 personnes :   Une pâte feuilletée250 g de ricotta1/2 citronUn filet